Agefi Actifs : Bordier & Cie mise sur la présence locale

Bordier & Cie mise sur la présence locale !

La banque suisse a ouvert deux bureaux en Bretagne, à Brest et à Rennes.

La gestion des portefeuilles des clients restera cependant centralisée à Paris.

Par Franck Joselin

  Si la tendance …

est plutôt à la centralisation et la rationalisation des équipes dans la gestion privée, Bordier & Cie, en France depuis 2006, a décidé au contraire de prendre le chemin inverse. Initialement installée uniquement à Paris, la banque privée a ainsi ouvert deux nouvelles antennes en Bretagne, à Brest et à Rennes. La direction de la région Bretagne est assurée par Bernard Bergot, épaulé par Philippe Le Guenervé au poste de directeur adjoint, tous deux auparavant chez KBL Richelieu, le premier étant aussi passé par CIC Banque Privée et le second par Arkea Banque Privée (ex-BPE).

 

Accélération… 

Avec huit banquiers privés et 500 millions d’euros sous gestion en France fin 2016 (et 11 milliards d’euros pour la totalité du groupe), la banque mise donc aujourd’hui sur les régions pour accélérer son développement. Plutôt que sur une volonté délibérée de s’implanter en province, Christophe Burtin, directeur général de Bordier & Cie France, insiste surtout sur sa rencontre avec les deux responsables de la région.
« L’ouverture de ces bureaux est avant tout le fruit de la rencontre avec Bernard Bergot, qui officiera depuis Brest, et Philippe Le Guenervé, qui sera basé à Rennes. Tous deux bénéficient d’une forte expérience, d’un réseau local dense et d’une volonté d’adhérer à la culture de notre groupe tout
en restant très autonomes », explique le professionnel.

Cette nouvelle implantation permet évidemment à la banque d’avoir un relais dans une région où elle n’était pas présente mais aussi de se développer sur la clientèle très prisée de chefs d’entreprise.
« La région Bretagne compte de nombreux entrepreneurs, souvent discrets, qu’il est plus difficile d’approcher depuis Paris. Les banquiers privés, proches géographiquement de leurs clients, disposent de facto d’un réel atout », note Bernard Bergot, présent dans la région depuis une vingtaine d’année. Pour cette clientèle d’entrepreneurs, Bordier n’a pas vocation à se substituer à la banque principale – qui s’occupe dans bien des cas aussi de leur entreprise – mais se positionne en Bretagne, selon Christophe Burtin, « comme un partenaire de long terme, force de proposition dans l’accompagnement de nos clients sur leur choix d’investissement, que nous soyons ou non leur unique partenaire bancaire ».

 

Mesurée… 

Si, comme à son habitude, Bordier reste ouvert aux opportunités de développement en accueillant ponctuellement des banquiers seniors, la société ne cherche pas à s’engager dans la course à la taille. Et bien que cette nouvelle implantation de la banque en Bretagne soit concrète – des bureaux physiques sont ouverts à Brest et à Rennes – la société ne communique pas sur un plan de développement à marche forcée. « Nous avons comme objectif de construire une base solide en France et nous pourrons, au gré des rencontres avec des banquiers privés, ouvrir d’autres régions comme nous l’avons fait en Bretagne », précise Christophe Burtin.

 

Modèle mixte 

Ce développement chez Bordier illustre aussi une légère inflexion dans le modèle qu’a mis en place le banquier depuis dix ans. Initialement, la société restait plutôt attachée au banquier gérant, à la fois chargé de la relation avec les clients et responsable de la gestion de leur portefeuille. Ainsi, avant l’arrivée Bernard Bergot et Philippe le Guenervé, seul un banquier n’était pas gérant. Or, les deux nouveaux venus laisseront les équipes de gestion à Paris administrer les portefeuilles de leurs clients. «Il est tout à fait possible de décentraliser une partie des responsabilités du développement en province, notamment pour renforcer la proximité avec nos clients. En revanche, nous voulons que la gestion d’actifs reste centralisée à Paris », explique Christophe Burtin. De la même manière, un nouveau banquier devrait rejoindre la structure à Paris dans les prochains mois et se concentrera lui aussi sur la relation clientèle, laissant aux équipes le soin de gérer les portefeuilles.

Cliquez ici pour lire l’article complet de l’Agefi Actifs en pdf